C’est et cela reste l’un des facteurs écologiques les plus décisifs : le voyage vers la destination. Un vol long-courrier émet en moyenne autant de CO2 par personne qu’une année de conduite. Ainsi, le voyage qui était en fait prévu pour être durable devient une super-GAU écologique. camping calmeCette contradiction est particulièrement apparente dans des destinations telles que la Thaïlande, le Costa Rica ou Majorque, qui comptent parmi les destinations les plus prisées des touristes doux. La variante la plus écologique du voyage est sans doute les vacances à la maison. Les Alpes, par exemple, sont devenues la première destination du tourisme doux dans ce pays.

Conclusion

Il s’avère que la pièce a deux faces. Dans l’ensemble, cependant, le tourisme doux offre une alternative durable aux voyages classiques. Cette forme de voyage est la meilleure façon de mettre en œuvre les efforts visant à faire preuve de considération pour l’environnement et les personnes et, en même temps, à offrir une expérience de voyage authentique et incomparable. Même si le concept de “tourisme doux” présente ici et là des faiblesses, il constitue actuellement une alternative efficace et à très fort potentiel d’avenir. Ceux qui aiment passer leurs vacances à la maison sont déjà sur la voie d’une tendance durable en matière de voyage.